Xiaomi, un ersatz populaire d’Apple en Chine?
Régine

D’un statut de fabricant, la Chine s’installe maintenant comme concepteur, voire repreneur. Les nouvelles firmes chinoises, fortes du plus grand marché intérieur au monde, pourraient très bien détrôner les marques traditionnelles de la téléphonie mobile. Elle s’appelle Xiaomi et voudrait concurrencer Apple ou bien Lenovo et souhaiterait racheter BlackBerry…

Xiaomi chinois

Il ressemble à iPhone, il semble aussi performant qu’un iPhone, mais ce n’est pas un iPhone. C’est un Xiaomi.

Une performance commerciale cette semaine a mis en avant la suprématie chinoise dans le secteur des smartphones. « 100 000 Xiaomi MI3s ont été vendus en 1 minute et 26 secondes ! » c’est ce qui a été claironné sur le compte Twitter de la marque Xiaomi. On connaît la force du marché chinois mais ce tout nouvel acteur dans le secteur des smartphones haut de gamme fait une entrée en force. Xiaomi se dit chaomi. Xiaomi, c’est un peu la nouvelle Chine qui ne se contente plus de fabriquer les produits, mais s’attache à les penser. Et le fondateur de Xiaomi, Lei Jun, à grand renfort de sous-pull noir souhaite devenir le Steve Jobs (le fondateur d’Apple) chinois.

Xiaomi vend toute sa production par Internet

Lei Jun a démarré sa carrière chez Kingsoft, mais il est en parallèle à l’origine du réseau social YY, maintenant coté au Nasdaq. Lei Jun a aussi vendu à Amazon la compagnie Joyo.com pour 75 millions de dollars. Le premier smartphone Xiaomi est sorti en 2011, il s’agissait du Mi-1. Les stocks ont été écoulés en deux jour, car pour réduire les coûts Xiaomi vend toute sa production par Internet (pas de distribution, ni d’intermédiaires).

Xiaomi est proche du désir de ses clients

Récemment Xiaomi a recruté un ancien de chez Google, Hugo Barra, qui attend beaucoup de ce fabricant. Dorénavant, on peut même parler de Mi-fans, pour tout ces accros à leur Xiaomi qui attendent, chaque vendredi, l’update hebdomadaire de leur smartphone. Car Xiaomi est proche du désir de ses clients. Sur CNN, Lei Jun a ainsi péroré : « Apple se fiche de ce que pense les utilisateurs. Ils imaginent ce que les utilisateurs veulent. » Mais quelle est donc sa réponse ? « La priorité de Xiaomi n’est pas le profit, ni la part de marché. On se concentre sur les produits qui feront hurler de joie les consommateurs. »

Le chinois Lenovo repreneur potentiel de Blackberry ?

La société Xiaomi vend aussi des télévisions et Hugo Barra a laissé entendre qu’ils souhaitaient s’ouvrir à de nouveaux marchés. Bientôt l’Europe ? L’Afrique ? On le voit, le marché des téléphones portables redessine ses frontières. Nokia s’est vendu au géant Microsoft et Blackberry en affichant des résultats calamiteux se retrouve en situation de rachat. Un repreneur potentiel serait d’ailleurs chinois selon le Wall Street Journal : le géant de l’électronique Lenovo. Cette firme envisagerait de déposer une contre-offre pour reprendre la totalité du capital du fabricant canadien de smartphones Blackberry. Si le rachat par Lenovo se réalisait, cela constituerait l’une des plus importantes et des plus notables acquisitions d’une société occidentale par un groupe chinois, est-il souligné.

Et Xiaomi n’est donc pas la seule entreprise chinoise à prendre ses marques sur le marché. Ils sont nombreux les fabricants chinois à bénéficier du marché porteur des nouvelles technologies. Meizu, Zopo, iOcean, Umi, Jiayu, Neo… sont connus par la première population au monde (plus d’un milliard de consommateurs). Le seront-ils bientôt par le reste du monde ?

 

Article présenté sur le site www.rfi.fr
Publié par Thomas Bourdeau, RFI, le 18 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.