Les inventions chinoises : êtes-vous sûr de bien les connaître ?
Régine

Abondante en termes d’innovation, l’histoire de la Chine suscite de larges débats et de nombreuses hypothèses. Inutile de s’attarder sur une longue liste d’inventions chinoises, concentrons-nous plutôt sur quatre grandes découvertes déterminantes, ainsi que sur quatre autres méconnues illuminant tout autant nos vies.

Les quatre grandes inventions de la Chine

Les quatre grandes inventions sì dà fāmíng (四大发明) se destinaient spécifiquement à l’usage domestique. Leur valeur potentielle dans le commerce international n’est apparue que bien plus tard, la Chine se considérant comme le centre de la civilisation. La plupart des historiens identifient ces quatre inventions chinoises comme celles ayant l’influence la plus profonde sur l’évolution mondiale :

  1. Le papierCai Lun (蔡伦), légendaire eunuque de la dynastie des Han, aurait amélioré les techniques de fabrication du papier en associant un mélange d’écorce d’arbres, de filets de pêche, de toile usée et de fragments de chanvre. Fait intéressant, le papier fut d’abord utilisé pour envelopper des objets, et non pour consigner une pensée profonde. Peu après, on commença à écrire dessus et à propager des idées. Ça alors ! La fin des rouleaux et des tablettes de bambou si pesantes.
  2. L’imprimerie – Parfaitement adaptée à la duplication de caractères chinois, la gravure sur bois pour imprimer du textile tient également son origine à la fin de l’ère des Han. L’impression sur papier pour une communication de masse pris seulement son envol lors de la dynastie des Tang. Cette technologie s’étendit ensuite vers l’Ouest jusqu’à Johannes Gutenberg, un orfèvre allemand dont la maîtrise de la transformation des métaux conduisit à de grandes avancées, en imaginant la mobilité des caractères d’imprimerie, et déclencha la révolution de l’imprimerie en Europe.
  3. La poudre à canon – Cette erreur opportune (tout comme le four à micro-ondes, la pénicilline ou encore le stimulateur cardiaque) se constituait d’une substance volatile résultant d’une quête impériale d’immortalité datant du 9ème siècle. Le résultat immédiat ? Des feux d’artifice nettement enrichis. Hélas, en 1280, en raison d’une manipulation imprudente, un large entrepôt de poudre à canon explosa, expédiant inopinément des morceaux de corps à des kilomètres à la ronde. En peaufinant le composé d’origine, les chinois en vinrent à obtenir des pétards, des fusées, des grenades, des bombes et des mines.
  4. La Boussole – Des scientifiques de la dynastie des Han inventèrent un dispositif magnétique pour la divination. Il ne fut perfectionné pour la navigation qu’un millénaire plus tard sous la dynastie des Song, bien avant les voyages extraordinaires de Zheng He de la dynastie des Ming. Le dispositif ouvrit l’ère des découvertes et explorations dans le monde entier.

 

La soie ne se classe pas parmi le top quatre des inventions chinoises, en dépit de son omniprésence ; pas plus que la charrue, la brouette, les harnais et étriers pour chevaux, les allumettes, les cerfs-volants, les parachutes ni les montgolfières.

Quatre autres inventions méconnues

Certaines inventions chinoises plutôt obscures n’ont jamais su s’imposer. Le Chariot pointant le Sudchariot sud chine notamment était fondé sur l’idée que le public de l’antiquité aurait plaisir à regarder des chevaux tirer un chariot sans cocher muni d’une statue d’homme dont le bras pointe en permanence le Sud.

[…]

Voici quatre autres inventions chinoises disposant chacune d’énormes retombées :

  1. Le football – En dépit de jouer au Kemari (蹴鞠) pendant la période des Royaumes Combattants et sous d’autres dynasties – même Sima Qian écrivit à ce sujet ! – le manque flagrant de résultats nationaux en football dans un contexte de succès olympiques frustre de nombreux chinois.
  2. La monnaie papier – Avant sa multiplication sous la dynastie des Song pour remplacer les lourds rouleaux de pièces, les riches marchands de la dynastie des Tang se servaient déjà de la monnaie papier en tant que récépissés de dépôt pour faciliter les échanges commerciaux. Et voilà que mille années plus tard, nous arrivons à l’abolition du papier avec la dématérialisation de la plupart des transactions.
  3. La brosse à dents à poils souples – Bien que plusieurs civilisations anciennes aient élaboré un bâtonner à mâcher, les chinois furent les premiers à lancer une brosse à dents pré-moderne à base de soies de porc. Ils mirent également au point un amalgame dentaire à base d’étain, de mercure et d’argent au cours de la dynastie des Ming.
  4. Le papier toilette – Le scientifique britannique Joseph Needham date cette commodité moderne du 6ème siècle et l’approprie à l’érudit/l’artiste chinois Yan Zhitui. Avant l’avènement du papier toilette, que beaucoup considèrent encore comme inefficace, les gens s’essuyaient avec toutes sortes d’éléments, notamment de l’herbe, du sable, des pierres, des bâtons, des coquillages, des épis de maïs, de la poterie cassée ou encore avec le cou d’une oie.

 

Une nouvelle ère d’innovation ?

Par chance, personne ne crut un certain Charles H. Duell, haut commissaire au Bureau fédéral des brevets américains, lorsqu’il déclara en 1899 : « Tout ce qui peut être inventé l’a déjà été. »

Des idées novatrices continuent de franchir des frontières poreuses pour répandre des services et produits de consommation venant embellir le quotidien. Nul doute que la Chine sera à l’origine de bon nombre d’entre elles à l’avenir.

 

Article original en anglais: Chinese Inventions: Those You Know, Those You Don’t
Publié le 4 août 2015 par Stewart Lee Beck, China Simplified
Traduction en français : Régine Allézy


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
25 − 7 =