Les 7 signes d’une usine chinoise mal gérée
Régine

 

Avant même d’évaluer les capacités d’ingénierie ou qualitatives d’une usine chinoise, une question s’impose : est-elle bien gérée ?

Voici une liste de 7 signes à détecter lors d’une visite d’usine. Commençons par le sommet…

1. Le patron sirote en permanence un thé avec des amis dans son bureau

Certes le fait d’être un bon hôte s’avère important en Chine. Certes il en est de même des relations personnelles. Mais comment le patron peut-il contrôler la situation s’il consacre 3 à 5 heures par jour à bavarder et prendre le thé ?

2. Le « directeur général » ne dispose d’aucune autorité

Dans de nombreuses usines, le DG fait également office de représentant légal et est l’unique responsable des relations avec les autorités locales.

En d’autres termes, il a été choisi pour sa proximité, pour sa capacité à boire beaucoup de baijiu (eau-de-vie) et pour son apparence loyale. Alors pourquoi le nommer DG ? Dans ce cas, la structure formelle de l’organigramme est dénuée de sens.

3. Les responsables ne savent pas répondre à des questions précisesUsine_Chine

Avez-vous déjà demandé à un responsable « Pouvez-vous décrire comment fonctionne ce contrôle qualité ? » ou « À quelle fréquence calibrez-vous cette jauge ? » tandis qu’une longue conversation en chinois était nécessaire avant l’obtention d’une réponse ?

Pourquoi n’examinent-ils pas leurs dossiers ? Parce qu’ils savent que les données ne sont pas correctement remplies… Ou bien ils ne détiennent même pas de données.

Pire encore, les responsables n’ont aucune idée de la situation actuelle. Ils découvrent beaucoup d’éléments lorsque les clients posent des questions.

Le véritable problème, c’est qu’ils passent leur temps dans des bureaux, sans se soucier de ce qui se passe dans l’atelier.

4. Les chefs de production disposent de larges espaces de bureau

Dans certaines usines, les chefs d’atelier possèdent un bureau, ainsi qu’une adresse e-mail nominative. Ils apprécient cela car ils se sentent « mini-directeurs ». Et ils passent des heures chaque jours après leurs e-mails !

Ils restent ainsi éloignés de l’endroit où des améliorations doivent être apportées, et c’est bien là le problème.

5. De nombreuses personnes, ou petits services, disposent de bureaux individuels

Chacun aime avoir son propre bureau, n’est-ce pas ?

Bien sûr, mais je constate que de plus en plus de sociétés chinoises convertissent leurs zones de bureau en open-spaces (bureaux paysagers).

Les bureaux individuels contribuent non seulement au manque de communication et de coordination entre les différents services, mais facilitent également les pots de vin (notamment sur les achats).

6. On note l’absence de mesure de gestion visuelle

Consultez-vous souvent un tableau avec la planification hebdomadaire de chaque atelier ?

Consultez-vous souvent des statistiques sur les taux de réussite, les volumes de production, etc. affichées aux murs ?

Très rarement, n’est-ce pas ? Ils ne pensent pas à le faire, même en l’absence d’un système ERP. Le chef de production considère cela comme un surcroît de travail et les responsables n’en font pas la demande. Par conséquent, personne ne connaît cette information.

7. L’endroit est désordonné et sale

Dans de nombreux ateliers, des débris joncent le sol et des piles de produits semi-finis se retrouvent un peu partout.

Ceci s’avère lié au point précédent. Une bonne gestion visuelle peut changer le fonctionnement de toute une usine.

Par exemple, des lignes peuvent être tracées sur le sol, séparant et indiquant où mettre les « bons produits », ainsi que les « mauvais produits ». De la sorte, pour un budget très modeste, les opérateurs suivent naturellement un certain ordre. Et de nombreuses erreurs peuvent être évitées.

 

Article original en anglais: 7 Signs of a Poorly Managed Chinese Factory
Publié le 1er novembre 2013 par Renaud Anjoran, Blog Quality Inspection Tips
Traduction en français : Régine Allézy


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *